Vie urbaine

You are currently browsing the archive for the Vie urbaine category.

Voici les cinq photos que j’ai finalement sélectionnées à l’issue du workshop photo autour de la notion de frontière !

lil-cafe

lil-figures2

lil-shoes-2

lil-printemps-1

lil-svp

Dans le cadre d’un workshop photo je me suis fait préter un appareil trop cool ; j’en profite pour obtenir des images sans lien particulier avec le sujet imposé mais dont je sais que mon propre appareil a du mal à s’occuper.
Ici, quelques portraits d’illustres inconnus :

guy4

guy1

guy2

guy3

(Si vous êtes ou connaissez l’une des personnes prises en photo ici, et que cela vous dérange que ces images soient montrées sur le blog, n’hésitez pas à me le faire savoir, bien entendu)

Un passage secret trouvé par hasard à Cormeilles, en allant chez Margaux.

way

Au bout du tunnel, je tombais sur cette plaque :

whynot

scans 006-480

carnage

Une toute petite échoppe de cordonnier, station Ranelagh, à Paris.

cordonnerie-lil

Tout seul

Je pense que je peux poster ça sur internet sans risque, les enfants sont méconnaissables ; je trouvais la scène mignonne.

inu480

mayou kara
?????
inu ha kodomo no
??????
guuzou da
????

(« Comme il est tout seul, le chien est l’idole des enfants » ; cette traduction n’est pas très efficace, en fait, mais je n’en trouve pas de meilleure pour le moment)

Devinez quoi ! Aujourd’hui j’ai été… À la piscine !

scans 060 - 480

Bon, je dois admettre que je n’ai pas été dans l’eau… En vérité nous y avons été dans le cadre d’un cours pour réfléchir et faire des croquis ; nous avons eu l’honneur de voir non pas uniquement les bassins en eux même (nous sommes juste passés brièvement devant le petit bain, ci-dessus) mais surtout nous avons pu nous promener à travers les sous-sols dans la chaleur, l’odeur du chlore et la tuyauterie.

scans 001-480

scans 011 - 480

Hélas la plupart des photos que j’ai prises sont floues mais nous allons d’ici peu y retourner pour continuer l’exercice et j’espère revenir avec plus de croquis intéressants à montrer sur ce blog ou sur l’autre.
L’emplacement que j’ai finalement « adopté » était un couloir situé juste en dessous de l’entrée principale du bâtiment, aux extrémités duquel se trouvaient d’anciennes cabines qui ne sont plus utilisées que par le staff. C’est un espace parfaitement propre et en bon état bien qu’ayant concervé une apparence vraiment vintage, mais aussi très vide. C’est grand, il y a des cabines, mais il n’y a quasiment personne qui s’en sert. Ca aurait pu faire un bon décor de film avec des fantômes…

scans 020 - 480

scans 039 - 480

… En fait, ça fait déjà un très bon décor de film avec de fantômes !
Parce que ce à quoi je n’ai pas arrêté de penser, dans le sous sol de cet imposant établissement de bains publics à la cheminée énorme, avec le bruit de l’eau, les voix de ceux qui travaillent et de ceux qui se divertissent et ces couloirs immenses et vides, c’est au film de Miyazaki « Le Voyage de Chihiro », bien entendu ! (film qu’à un moment donné je me souviens avoir regardé jusqu’à dépasser les limites du raisonnable, je crois je j’aurais pu écrire une thèse dessus)

En tous les cas cette expédition m’a plu, j’ai hate de réitérer.

C’est à cause d’un imprimé qui recouvrait un divan que nous avons longtemps eu chez nous (il est à présent chez mes grands parents et le même tissus recouvre à présent un lit), je me représente depuis toute petite la nature comme des végétaux sur fond sombre. J’avais essayé l’année dernière de me créer un kimono sur ce principe, avec des fleurs de couleurs diverses sur un fond noir, mais en prenant l’autre jour des photos de feuilles mortes emportées par le courant me me suis aperçue que c’était assez proche de ce à quoi je pensais ! (bien évidemment l’eau n’était pas toute à fait noire, c’est moi qui ai retouché par la suite de façon assez basique)

origami-1-vignette

J’ai presque envie de faire une série de ce type ; ça fait assez papier origami, je trouve, d’ailleurs beaucoup d’imprimés japonais se font sur une base semblable : des éléments souvent naturels sur un fond uni. Les kimonos noirs avec des motifs de se types (kuro tomesode) sont plutôt réservés aux femmes d’un certain âge mais je m’en fiche.