À l’école

Toutes les choses passionnantes qui m’arrivent en école d’art (en prépa de 2008 à 2009 et maintenant aux Arts Décoratifs de Strasbourgs), parce que parfois, c’est drôle (et puis je me dois d’informer le monde de ce qui se passe entre ces murs, si ça se trouve c’est sociologiquement intéressant) U_u.

Avec :

– Dans le rôle de celle qui panique et pousse des cris : Hannah Lafargue.
– Dans le rôle de celui qui travaille calmement : Florian Duchesne.
– Dans le rôle des déesses de l’abondance : Mathilde Millot et Isabelle Azemar.

(Heureusement que je n’étais pas toute seule !)

sérigraphie2

sérigraphie1-bis

sérigraphie3

Je n’ai pas dessiné Isabelle et Mathilde mais disons que leur apport de gâteaux et de thé a été apprécié à sa juste valeur ! Un grand merci encore à vous trois (et à tous ceux qui m’ont soutenue psychologiquement, même si je n’ai pas encore terminé d’imprimer).

Bon… Il va falloir que je vous donne quelques explications préalables pour ce que je m’apprête à faire.

Bon, pour être franche, Kandinsky me faisait déjà rire depuis que j’avais vu à Baden Baden dans l’expo sur le Blaue Reiter le tableau ci dessous, qui le montre en train de faire coucou déguisé en bavarois (il me semble que la peinture est de sa girlfriend Gabrielle Munter ; à vérifier). Je ne sais pas comment dire, je trouve que cette image a un très fort potentiel comique.

Kandinsky-480

Cet amusement a été ravivé par un documentaire à son sujet que nous avons vu en cours d’histoire de l’art récemment. En soi, le contenu était intéressant ; en plus je ne connais pas tant de choses sur Kandinsky bien qu’on en ai parlé à plusieurs reprises pendant le premier semestre dédié à l’Expressionnisme. Tout le problème venait :
1) d’intermèdes intempestifs durant lesquels on voyait une dame toute nue jouer du piano affublée d’un chapeau qui faisait de l’ombre sur son visage (comme dans les manga).
2) de la voix off, qui ressemblait assez à celle du documentaire à la fin des cités d’or avec le même côté grave et morne, ce qui aurait pu être ennuyeux… Mais était en réalité très comique parce qu’il déblatérait des phrases alambiquées complètement… Etranges.

Et c’est à partir de ces phrases étranges qu’on s’est piqué un délire avec Kandinsky. Maintenant que vous êtes prévenus, vous serez sans doute moins déstabilisés par la grande bêtise de ce qui va suivre.

« Il a choisi Kandinsky »

Kandinsky-pokemon

« Le jaune, ce jaune des boîtes aux lettres bavaroises qui depuis toujours tourmentent les hommes »

Kandinsky-poste-01

« Kandinsky était un grand buveur de thé, qu’il consommait avec du citron anglais. Il ne supportait aucun autre citron. »

Kandinsky-citron-01Kandinsky-citron-02

Kandinsky-citron-03

« Passé la période du Blaue Reiter, Kandinsky délaisse le cheval et le cavalier pour se concentrer sur les formes géométriques et plus particulièrement sur le cercle. »

Kandinsky-cheval

(Quoi, « tout ça pour ça » ?)

Bon… J’ai deux articles en cours qui arriveront très prochainement mais je n’aurais à priori pas le temps de les finir dans la soirée ; en attendant pour vous aider à patienter voici encore quelques scans de mes notes de cours !

cours1-480

cours2-480

cours3-480

cours4-480

cours5-480

cours6-480

cours7-480

cours8-480

cours9-480

cours10-480Voilà voilà !
J’espère poster les deux nouveaux posts très bientôt…

Martin

Martin est un garçon de ma classe. Sa renommée s’articule autours de nombreux axes, parmi lesquels ses crayons de couleurs et sa trottinette, mais ce n’est pas ce dont je vais vous parler aujourdhui. Au début de l’année j’avais en quelque sorte élu Martin « gardien du temps », ce qui concrètement signifie que c’est à lui que je demande l’heure quand je n’ai plus aucun repère temporel.

Seulement il y a des mois, en discutant avec je ne sais plus qui, j’ai eu le malheur de formuler l’aveu ultime :

martin1-480

Il ne m’a jamais vraiment pardonnée d’avoir abusément réclammé une réponse que je ne prenais pas toujours la peine de retenir… Mais il est gentil, il continue à me donner l’heure.  Il est juste devenu vachement plus exigeant.

martin2-480

Bon, tout ça pour dire que je suis maltraitée… Et pour vous présenter Martin qui n’avait pas encore été introduit sur le blog !

En rangeant un peu toute ma masse de documents je me suis souvenue que je devais montrer régulièrement mes cours (ou plutôt, je n’en ai aucune obligation, mais ça me fait plaisir). Vous pourrez constater un brin de découragement sur certaines pages moins marrantes que d’autres, mais bon… Là je me ressaisis plutôt pas trop mal, ça redevient plus rigolot au fur et à mesure.

cours17-480cours18-480

cours19-480

cours20-480

cours21-480cours22-480cours23-480

cours24-480cours25-480

Je suis vraiment contente de continuer à tenir mes cours de cette manière ; ça me force à dessiner. Je n’ai droit ni à la gomme ni au criterium ni à rien pour m’aider, et il faut faire vite, mais par ailleurs les dessins en question ne seront pas réutilisés et pour un ou deux jolis trucs il peut y en avoir dix de pourris, ça ne pose pas de problème.  Voilà voilà !

Encore des pages de cours (je pense que maintenant je les enverrai par blocs de 5)

cours12-480

cours13-480

cours14-480

cours15-480

cours16-480

Alors que je m’extasiais devant ma jeune fille inuit que je trouvais assez réussie, Florian en monstre de cruauté me lance « on dirait surtout une fille un peu manga déguisée en inuit ». Screw him. Enfin bon, j’ai plus besoin de me venger maintenant.

Bonjour !
Ah ! Ca fait du bien de poster ici… Figurez-vous que tout fonctionnait très bien, j’ai très vite eu mon ordinateur que je n’ai eu aucun mal à brancher, je recevais internet (bien que n’ayant pas encore d’abonnement ce qui est à présent le cas), sauf que, eh bien, Je n’avais aucun moyen de scanner. On dirait une excuse bidon mais je vous jure que c’est la vérité ! J’ai tout plein de choses à montrer sur le blog, il faut juste que je me hâte de numériser tout ça. Je vous fais patienter avec… Mes notes de cours. J’écris beaucoup mais je fais également tout plein de dessins, et comme ça amuse pas mal les gens de ma classe et que mes parents ont trouvé ça cool aussi, je trouve intéressant de vous les montrer ! Avouons qu’il y a assez peu de gens qui sont suffisamment stupides pour prendre des notes sur du BRISTOL, à partir de là  il faut bien rentabiliser… Je les poste dans l’ordre chronologique et vous pourrez constater que plus ça va, pire c’est.

Cours 1

cours2-480

cours3-480

cours4-480cours5-480

cours6-480

cours7-480

cours8-480

cours9-480

cours10-480

cours11-480

J’ai de l’affection pour certains des petits trucs que j’ai dessiné, genre mes petites bonnes femmes nues et la dame avec une robe verte qui porte un bébé. En tout cas voilà, ce n’est pas narratif mais pour le coup on ne peut pas dire que je n’ai pas été productive U_u. Il y a une nouvelle page d’amorcée depuis lundi – date de mon retour à Strasbourg après avoir passé un weekend chez mes parents – mais je vais vous envoyer ça au fur et à mesure au cours de l’année =D !

Voilà ! Donc je continue à scanner doucement mais sûrement, vous receverez d’ici peu des notes de blogs au sujet de ce qui m’est arrivé au cours de ces cinq semaines et quelques.

En ce moment, avec mes copines de la prépa, nous avons beaucoup de projets farfelus. Ayant à notre disposition le chateau de Rueil, par exemple, nous avons pris des photos dans le parc de Jenna, Leïla et Ségolène en kimono, puis de Leïla et Ségolène en sauvages dans les arbres. Pour tout dire, nous nous amusons bien.

Cependant, malgré la bravoure de ces trois modèles motivées et prêtes à porter des déguisements assez contraignants, le regard des passants reste difficile à subir. D’autant plus difficile que juste à côté de notre école il y a un collège devant lequel nous sommes forcées de passer pour acceder au chateau.

Du coup, l’autre fois, nous nous sommes retrouvées face à d’insupportables pré-adolescents, conformistes, avec le rire bête et tout et tout, et nous avons eu droit à des réflexions de cet ordre :

Ce à quoi j’ai répondu, un peu par réflexe :

Après coup, il nous est venu à l’esprit que cette réponse pouvait être un excellent moyen de justifier tous nos comportements bizarres ou irrationnels.
… Pratique, non ?

Absolument véridique, et vécu aujourd’hui même XD !
(c’est également ma contribution au concours lancé sur le blog de l’édition Diantre!)

Vous avez déjà dû vous demander comment pouvaient se distraire des étudiants en art… Je vais donc aborder ce sujet sombre et nébuleux en espérant dépeindre le plus fidèlement possible le quotidien de quelques élèves de la prépa à Rueil.

Notre premier loisir conséquent fut de lancer la mode de la Maxi Galette (devenue à présent un véritable emblème ; d’ailleurs, c’est simple, au milieu des twix, des mars, des snickers et autres saletés, c’est la Maxi Galette qui se vend le plus vite et le mieux, alors qu’elle est plus chère et moins valorisée par la publicité que ses concurrents.

Certain ont une interprétation plus libre du culte de la Maxi Galette, comme c’est le cas de Ségolène qui s’y est manifestement beaucoup attachée.

Très rapidement au cours de l’année, certains étudiants ont révélé leur véritable nature de super héros : derrière une allure sage et calme, ils ont des capacités surprenantes, révélatrices de leur génie artistique présumé ! Ces super-pouvoirs, ils ne les doivent qu’à eux même.

(On a même Blanche Neige)

Récemment, nous avons été poussés à inventer des formes de jeu novatrices à partir de concepts rudimentaires mais efficaces, tels que le wild handboulette de papier…

… Ou le lancer de bouts de cartons (frisbee révolutionnaire).

Voilà voilà !
Jusqu’ici je ne parlais pas beaucoup de ma classe et c’est bien dommage, parce qu’il y a bien des choses à dire ! J’espère qu’ils se reconnaitront !

« Older entries