La Cosa nostra

You are currently browsing the archive for the La Cosa nostra category.

fille1-480

fille2-480

fille3-480

… Avec en bonus ce petit croquis certes moche mais néanmoins marrant qui j’espère vous en dira long sur l’enfance… Mouvementée des jumeaux Mateo et Toni.petitsamours-480

Embuscade

matte-toni-vignette-1

matte-toni-vignette-2

matte-toni-vignette-3

embuscade-vignette

J’en profite pour vous annoncer que dans ce post j’inaugure ma typo rudement créée grâce au site Yourfont ! Elle est loin d’être parfaite, certaines lettres sont plus épaisses que d’autres comme me l’a fait remarquer ma chère maman, mais il faut dire que le coût n’est pas très élevé (même si sur le coup je me suis insurgée dans la mesure où j’avais appris l’existence de ce site du temps où c’était encore gratuit). C’est nettement plus clean que lorsque j’écris à même le papier et ça me permet d’économiser un temps fou car j’ai beaucoup de mal à écrire à la main en détaché >_> ».

deception1-lil

deception2-lildeception3-lildeception4-lil

guys1-lil

abby1guys2-lil

Cravate

(Bon allez, je réutilise mes mafieux… Il faut bien qu’ils vivent un peu, j’imagine)

case1-lilcase2-lilcase3-lil

L’année s’achève et ma meilleure amie et son équipe ont presque terminé leur jeu vidéo.
Il sera en ligne très bientôt !
(Vous vous souvenez ? Le jeu vidéo de mafieux dont je parlais ICI…)

J’y ai un tout petit peu contribué…  Au tout début de l’année j’ai fait quelques dessins et croquis plus ou moins intéressants en avalant des films de mafieux et en me documentant sur internet, motivée par mon intérêt pour le début du siècle dernier et son panel étendu de garçonnes avec des super fringues trop glamour et des cheveux modelés de manière invraisemblable. Bon, quelque part, je savais bien que Raphaële et sa troupe de garçons n’étaient pas aussi sensibles que moi au style flapper ; ils voulaient faire un tactical RPG de mafieux, des mecs en costard cravates qui tuent des gens. En soit, c’est moins mon trip, je dois avouer.

Au cours de l’année, il m’est venu l’envie de faire quelque chose à partir de mes premiers dessins. En effet ma mère m’avait fait remarquer qu’il commençait à y avoir un certain nombre de « personnages » en construction. Un protagoniste blond au regard… inquiet, un vieil homme frêle mais digne (et sans doute riche), une french maid fourbe et dévergondée, une actrice élancée et très élégante et un… Garçon manqué ?

Je n’ai pas encore de vrai scénario pour eux (comme c’est souvent le cas, car je suis plus apte à développer des personnages que des histoires), d’autant qu’en fait, moi, la prohibition et la pouille avec des flingues, comment dire ? C’est un peu loin de mes préoccupations. Ma mère m’a cependant donné aujourd’hui l’idée d’en faire une série de strips. Pourquoi pas ?

À méditer…

Finalement, mon vrai travail a consisté à faire l’habillage 3D du mesh (le playmobil, concrètement), c’est à dire coller des textures sur un patron sous photoshp/gimp et me débrouiller pour que ça rende quelque chose une fois sur le bonhomme (ce qui n’est pas gagné, car le patron est généré de façon beaucoup moins rationnelle que ce que j’aurais imaginé ; on a parfois des surprises). Dessiner les contours d’une veste, une chemise, une petite poche, un noeud pour le chapeau (la forme originale du devant, c’est une erreur, mais chut ! ne le répétez pas)… Trouver un psychopathe sur google image, prendre ses yeux et les coller sur la bobine du playmobil. Le tour est joué.

C’est un travail que j’ai trouvé très intéressant. Je n’avais jamais osé toucher à la 3D depuis m’être retrouvée enfant seule devant Carrara qui m’a traumatisée à vie, et là j’ai eu l’occasion d’apprendre quelques petites choses. C’est toujours ça de pris ! Le jeu n’est pas encore « sorti », mais j’ai plutôt hate de voir ce que ça donnera.

Il y a un ou deux jours, ma meilleure amie m’expliquait qu’elle avait besoin de quelques illustrations pour agrémenter le futur site internet et cahier des charges d’un jeu en ligne ayant pour sujet les mafieux (c’est un projet de groupe qu’elle doit faire pour son école d’ingénieur). Comme j’ai les vacances pour travailler, je me suis mise à la tâche direct et maintenant je suis à fond dedans ! J’ai téléchargé un paquet de polices vintages, mon père en a profité fourbement pour me faire regarder plein de films de mafieux (en fait, seulement deux, mais à mon échelle ça fait déjà beaucoup en si peu de temps) et j’ai des tas de croquis concernant les vêtements etc… Raphaële essaie désespérément de me calmer dans mon élan, parce qu’elle n’est pas certaine que mes dessins seront exploités au final, mais en attendant je trouve le sujet sympathique alors je continue.

Ce qui est difficile, cependant; c’est de rester concentré sur les mafieux eux mêmes : comment s’attarder sur un fumeur armé en costard cravate quand juste à côté on a des filles avec des vêtements et des coupes de cheveux de la mort (qui sont tellement plus marrantes à dessiner, franchement) ? Dur dur…

Cela dit, je m’en suis tout de même sortie pour obtenir un ou deux trucs pas si mal ; j’avancerai d’avantage quand j’aurai terminé le tout premier, qui me pose problème… Il est très glamour (bien que sans chapeau et sans imper de la mort, donc pas très mafieux), sauf que pour le moment il a le pieds en l’air dans une sorte d’élan ridicule. Il devrait avoir le pieds posé sur quelque chose, mais je ne sais pas encore si je mets quelqu’un (c’était le projet initial, mais ça me paraissait glauque et y’avait pas la place pour caser un être humain entre son talon et le sol), un sac de billets (solution de facilité, mais ça risque de faire moche, et ça n’explique pas du tout son sourire de psychopathe) ou un quelconque élément de décors.

Voilà voilà ! Finallement j’ai beaucoup parlé et peu dessiné, mais ça commençait à faire un moment que je n’avais pas mis le blog à jours (ma mère me le rappelle tous les jours en chanson) : voilà qui est fait.