Vérités universelles

You are currently browsing the archive for the Vérités universelles category.

Ça vous en bouche un coin, hein ?
Le fait que les ordinateurs portables chauffent beaucoup A une utilité ! C’était sans doute l’une de mes plus importantes découvertes des vacances.

Depuis qu’un « Grazia » se trouve dans mes toilettes, ainsi que d’autres magazines de modes achetées par ma charmante colocataire précédente, je peux un peu me tenir au courant de ce qui est supposé être joli en terme de vêtements.
Peut-être que je suis snob, je ne sais pas, mais la plupart du temps j’ai l’impression qu’on a essayé de réunir mes pires cauchemars en une seule tenue, et j’ai du mal à comprendre où se trouve l’élégance.

moche2

Hum… En même temps, qui suis-je pour faire part de mon avis sur le plan vestimentaire ? Je suppose que je ne peux pas demander à tous d’aimer les robes, les trucs taille haute, la dentelle, les fleurs, les chaussures plates et les collants.

moche

Aujourd’hui, je vais vous parler un peu du comportement dit « du vrai mec ».

La première fois que j’ai employé cette formule, c’était pour dissuader mon petit frère de prendre du thé aromatisé aux fruits chez mes grands parents (chose que je considère comme un sacrilège). Etant donné que mon horreur n’avait pas tellement de justification objective, il m’a fallu convaincre mon auditeur à l’aide d’arguments parlants.

vraimec1

M’étonnant moi-même de l’impact immédiat qu’ont eu ces paroles sur mon petit frère, je prenais la résolution d’en user plus souvent. Depuis, il m’aide à légitimer mes actes les moins compréhensibles, mes goûts les plus douteux et mes habitudes les moins rationnelles. Plutôt que de dire « Moi je fais ça… Parce que voilà », je n’ai qu’à dire plus simplement « Je fais ça parce que tous les vrais mecs le font ».

vraimec3

vraimec4

Le vrai soucis, c’est que comme en réalité je ne suis moi même absolument pas « virile », le masque du « vrai mec » perd de sa crédibilité.

vraimec2

… Mais au fond, ne sommes nous pas toutes et tous des « vrais mecs » ?

Bon… Il va falloir que je vous donne quelques explications préalables pour ce que je m’apprête à faire.

Bon, pour être franche, Kandinsky me faisait déjà rire depuis que j’avais vu à Baden Baden dans l’expo sur le Blaue Reiter le tableau ci dessous, qui le montre en train de faire coucou déguisé en bavarois (il me semble que la peinture est de sa girlfriend Gabrielle Munter ; à vérifier). Je ne sais pas comment dire, je trouve que cette image a un très fort potentiel comique.

Kandinsky-480

Cet amusement a été ravivé par un documentaire à son sujet que nous avons vu en cours d’histoire de l’art récemment. En soi, le contenu était intéressant ; en plus je ne connais pas tant de choses sur Kandinsky bien qu’on en ai parlé à plusieurs reprises pendant le premier semestre dédié à l’Expressionnisme. Tout le problème venait :
1) d’intermèdes intempestifs durant lesquels on voyait une dame toute nue jouer du piano affublée d’un chapeau qui faisait de l’ombre sur son visage (comme dans les manga).
2) de la voix off, qui ressemblait assez à celle du documentaire à la fin des cités d’or avec le même côté grave et morne, ce qui aurait pu être ennuyeux… Mais était en réalité très comique parce qu’il déblatérait des phrases alambiquées complètement… Etranges.

Et c’est à partir de ces phrases étranges qu’on s’est piqué un délire avec Kandinsky. Maintenant que vous êtes prévenus, vous serez sans doute moins déstabilisés par la grande bêtise de ce qui va suivre.

« Il a choisi Kandinsky »

Kandinsky-pokemon

« Le jaune, ce jaune des boîtes aux lettres bavaroises qui depuis toujours tourmentent les hommes »

Kandinsky-poste-01

« Kandinsky était un grand buveur de thé, qu’il consommait avec du citron anglais. Il ne supportait aucun autre citron. »

Kandinsky-citron-01Kandinsky-citron-02

Kandinsky-citron-03

« Passé la période du Blaue Reiter, Kandinsky délaisse le cheval et le cavalier pour se concentrer sur les formes géométriques et plus particulièrement sur le cercle. »

Kandinsky-cheval

(Quoi, « tout ça pour ça » ?)

happynewyear-480

Je vous souhaite une année 2010… Très chargée ?
Oui, bon, je sais, je suis tout à fait consciente qu’il n’y a pas des masses de rapports entre la nouvelle année et le trip fille en kimono/youkai/lampion/volutes… Mais c’était tellement cool à dessiner !

Pour voir l’image en un peu plus grand cliquez ici.

GIjoe1 - 480GIjoe2 - 480GIjoe3 - 480
GIjoe4 bis - 480

… Il faut vraiment que je trouve un moyen de me nettoyer le visage sans que mon organisme lance automatiquement l’ultimatum.

food-little

Les choses à faire ou à ne pas faire lorsque votre enfant quitte le cocon familial :

À faire !
Le ou la laisser repartir avec un recueil complet de recettes qui lui rappelleront combien vous êtes un dieu / une déesse de la cuisine mwahahahaha qu’il est nécessaire de se nourrir.

départ-donot-480

À ne pas faire !
Dire au revoir puis revenir quinze secondes après, et réitérer l’opération plusieurs fois (et traiter son voisin de connard alors qu’il est juste à côté).

départ-do-480

(Ma maman à moi a fait les deux u_u)

Je suis à proprement parler une pleurnicharde en puissance. Pleurer est, pour ainsi dire, ma réaction la plus commune à la majorité des situations possibles : que je sois contente, triste, dépitée ou inquiète, que je retrouve quelqu’un ou que je quitte quelqu’un, que je sois fatiguée ou en colère, je pleure.

Je ne suis pas seulement sensible ! Comme si je ne pleurais pas déjà suffisamment, il fauta jouter que je suis une chochotte ! Tout effort physique, toute chute, toute douleur même à priori minime me fera invariablement pleurer. C’est d’autant plus impressionnant si on me compare à ma meilleure amie (dont vous n’entendez pour le moment pas tellement parler car elle est difficile à dessiner T_T), dont le stoïcisme est légendaire.

Cependant il faut savoir que ces torrents de larmes n’ont aucune explication rationnelle, car je n’ai pas besoin pour en arriver là d’être atrocement malheureuse ou de souffrir le martyr (en fait je ne me souviens pas que ça me soit déjà arrivé).  Ce post est en quelque sorte dédié à toutes les personnes qui ont paniqué en me voyant rouge et dégoulinante de larmes et de morve alors que c’était juste parce que quelqu’un avait marché sur mon pied.

« La petite sorcière » ou « Le service livraison de la sorcière » est l’un de mes films préférés ; c’est simple, il est en première position de mes films du studio Ghibli préférés, ex aequo avec « Le Voyage de Chihiro ». Si vous ne connaissez pas ce ou ces films, voir que vous n’avez jamais entendu parler du studio Ghibli (Euargh !), je ne saurais trop vous conseiller de vous y mettre.

Seulement à force de regarder ce film, autant dire plusieurs trentaines de fois depuis que j’ai le DVD (et déjà un certain nombre quand on l’avait en VHS toute pourrie), j’ai accumulé une certaine rancœur à l’égard de l’héroïne Kiki. Pourquoi ? Parce qu’à treize ans, la demoiselle (qui est une sorcière) part toute seule loin de chez elle pour s’installer dans une ville trop cool où elle fait commerce de son talent en devenant livreuse (métier qui en soit n’est pas hyper attirant – à part dans Futurama – mais en volant sur un balais c’est tout de suite plus fun). Or moi, qui ne suis à priori pas moins sérieuse, j’aurais dû attendre mes dix-huit, non, pire, mes dix neuf ans pour partir de chez moi, qui plus est sans chat qui parle et sans balais qui vole (injustice !)…

… Alors maintenant que j’ai obtenu ma coloc à Strasbourg, Kiki, elle va devoir arrêter de crâner ! C’est pas parce qu’elle est partie cinq ans avant moi (qui attends ça depuis que je suis entrée en primaire) qu’il y a matière à fanfaronner ! Y’en a marre ! Ok y’a pas la mer, ok je vivrais pas chez une boulangère trop mignonne, ok je ne connais pas d’artiste des bois sur place, et oui, je sais, plus personne n’utilise de dirigeable, mais rien à foutre !

En attendant elle n’a ni les cigognes, ni le parlement européen, ni l’Allemagne à 10m, ni une colocataire toute gentille qui fait science po (d’abord), ni le marché de Noël, ni une école trop classe avec une façade Art Nouveau. D’ailleurs Kiki c’est pas pour dire mais elle a pas fait d’études elle a même pas passé le brevet des collèges.

(Bon, je dois admettre que ma colère s’arrête là ; je continue d’adorer ce film. D’ailleurs il faudra que je le regarde, un de ces quatres, si j’ai le temps)

Comme j’avais pas fait de fanart depuis longtemps et que ça détend sacrément le cerveau, je vous livre en prime un petit dessin fainéant du chateau de Howl, hommage qui n’est même pas tout à fait gratuit puisque le film s’ancre dans un décor… Alsacien (ce qui n’est pas le cas du bouquin, mais qu’importe, là qu’on parle de Miyazaki…).

« Older entries